La compagnie

Depuis sa création en 2004, les projets de la SoupeCie sont impulsés et guidés par le metteur en scène Eric Domenicone et la comédienne-marionnettiste Yseult Welschinger (4 ème promotion ESNAM/Charleville-Mézières).

« Nous travaillons avec de nombreux artistes de tous horizons: musiciens, comédiens, marionnettistes, costumiers, vidéastes, constructeurs, auteurs, plasticiens et techniciens, dans l’esprit d’une compagnie audacieuse toujours en recherche de nouvelles expériences et de renouvellement de ses modes d’expression.

Nos créations, qui s’adressent tantôt aux jeunes spectateurs, tantôt aux adolescents et aux adultes, interrogent chacun et chacune dans son rapport intime au monde. En abordant sous différentes approches les enjeux de notre époque,

nous aimons soulever des pistes de réflexion et solliciter le public sur les multiples manières d’envisager et de percevoir la société moderne.

Comment nous y inscrire, l’affronter ou nous en protéger, comment la composer ou la transformer sont des questions que nous adressons à tous les âges. Au croisement de plusieurs disciplines, nous associons les arts de la marionnette à tous les possibles artistiques sans définir de limites. Et c’est dans cette même approche transversale, que nos créations s’adressent aux enfants comme aux adultes, car ce théâtre d’images et d’idées, propice à l’échange entre générations, crée un terreau fertile qui suscite le partage.

Sur scène, les relations qui se nouent entre les objets, les images, les interprètes et les univers sonores, sont les supports grâce auxquels nous adressons au public une idée, une émotion, une histoire.

Une esthétique picturale caractérise nos recherches artistiques.

Passionnément, nous puisons dans la multitude des techniques de manipulations et de composition des images. Nous adaptons, nous modelons chaque procédé, chaque objet, afin qu’il dessine et déploie sur scène le sens de notre récit. Nous façonnons notre plateau de théâtre comme une argile protéiforme. Nous le concevons comme un tableau, plan par plan, composé d’épaisseurs, de creux et de reliefs. La rencontre des genres et des arts, gage du renouvellement notre geste créatif, est notre outil pour toucher le spectateur dans les replis de son inconscient. Un spectacle est nécessairement pour nous une nouvelle recherche d’un langage entre image, musique et texte. Et nous gardons précieusement la liberté de suivre nos intuitions et nos envies pour guider nos choix de création.

Autour du champ de la création, la question de la formation et de la sensibilisation est toujours présente et nourrit notre geste artistique. De l’initiation à nos techniques de jeu, aux improvisations visuelles et musicales, en passant par la construction, la manipulation d’objets ou encore les rencontres et débats avec nos spectateurs, nous ouvrons la porte de la cuisine à tous, des tout-petits jusqu’aux plus anciens. Nous livrons notre façon de faire et de défaire la soupe, nous donnons à voir et à entendre l’envers de notre décor pour que chacun puisse s’essayer à sa propre façon d’inventer. »

L’équipe

Aides et Subventions

La SoupeCie est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Grand Est et la Ville de Strasbourg 

 

Les activités de la SoupeCie sont également régulièrement soutenues par :

Collectivités publiques :
La DRAC Grand Est
La Région Grand Est
La Ville de Strasbourg
La Collectivité européenne d’Alsace (CeA)
Fonds national pour l’emploi pérenne dans le spectacle (Fonpeps)

Organismes professionnels :
L’Adami
La Spedidam
L’Institut Français

YSEULT WELSCHINGER
Responsable artistique, comédienne, marionnettiste, scénographe
YSEULT WELSCHINGER

Diplômée de l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières
4ème promotion 1996-1999

Née à Strasbourg, je découvre la pratique du théâtre au TJP alors que je suis jeune lycéenne. Les ateliers Tremplin dirigés par l’équipe d’André Pomarat seront déterminants pour la suite de mon parcours. Je traverse 3 années de formation avec la metteuse en scène Eve Ledig qui me transmet le théâtre de geste et de texte. Ces années d’apprentissage au TJP me permettent également de m’initier à la danse contemporaine avec Carla Morales, au parlé-chanté avec Antonio Vuillemier et aux pratiques des metteurs en scène Catherine Anne, Władysław Znorko et Jean louis Heckel lors de stages. C’est aussi au cours de ces années « Tremplin » que je découvre avec avidité le monde de la marionnette lors du Festival les Giboulées. En 1995, une formation au théâtre d’ombres avec Amoros & Augustin m’apporte les premiers rudiments des techniques de manipulation. Je me dirige vers des études théâtrales à l’Université Paris Nanterre, mais très vite, le désir de la pratique prend le dessus.
En 1996 âgée d’à peine 20 ans, j’entre à l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières. Je me nourris d’une multitude de rencontres avec des professeurs et intervenants qui vont marquer ma façon d’entrer dans le métier, dont Margareta Niculescu, Franck Soehnle, Claire Heggen, Patrick Henniquau, Alain Mollot, Bruno Meyssat…. A ma sortie d’école, je crée en duo la compagnie les Clandestines Ficelles dans l’impulsion d’un théâtre de formes légères qui me permet de prendre à bras le corps le métier. Nos créations sont rapidement repérées par Lucile Bodson et Isabelle Bertola du Théâtre de la Marionnette à Paris, par Dominique Répécaud directeur du CCAM, SN de Vandoeuvre. En 2002, j’intègre l’équipe du Théâtre de la Jacquerie dirigé par mon ancien professeur Alain Mollot. J’entame un cycle de collaboration comme comédienne et conceptrice de marionnettes. Je travaille au Théâtre Romain Rolland de Villejuif et à la Comédie de Picardie. Parallèlement, je poursuis mes recherches de plasticienne et réalise des marionnettes pour plusieurs compagnies.

ERIC DOMENICONE
Responsable artistique, metteur en scène, comédien, scénographe
ERIC DOMENICONE

Lycéen, je découvre le théâtre au Conservatoire Régional de Metz. J’en sors en 1989 avec trois médailles d’or dans les disciplines enseignées alors, théâtre classique, théâtre moderne et étranger. Rapidement, je me professionnalise et j’intègre les productions du Théâtre du Centaure à Luxembourg sous la direction de Marja Leena Junker et de Jacques Herbet. Je travaille également régulièrement en Belgique et à Metz. En 1995, je découvre le théâtre d’ombre avec Luc Amoros et Michèle Augustin. Un déclic se produit et très vite je me passionne pour la marionnette. Je suis engagé par la Cie Amoros et Augustin et pendant 5 ans, le spectacle Dernières Nouvelles de la Bounty est joué en France, en Europe et sur plusieurs continents. Le monde de la marionnette, son émulation créative, me fascine. Les possibles qu’il offre me semblent infinis.
Je crée rapidement ma propre compagnie La Balestra avec 2 compagnons de route et je réalise mes premières mises en scène. En 1997, après un premier passage remarqué au Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes de Charleville-Mézières, la Balestra prend son essor. En 1999, le TJP coproduit Bitume Farouche, un Don Quichotte perdu dans une Lorraine industrielle en ruine, celle de mon enfance. Le texte est écrit par Karin Serres pour la compagnie. En 2003, cette aventure s’achève après une dizaine de spectacles conçus ensemble et la création d’un festival de marionnettes en Lorraine minière. Aussitôt, une nouvelle étape commence au TJP avec la création de Roméo et Juliette dans une mise en scène de Laurent Contamin qui m’enrôle en tant que comédien et manipulateur. Puis, au TJP encore, ma rencontre avec le maître de marionnette chinoise Yeung Faï, aboutit à la création du Don Quichotte de Cervantès adapté et mis en scène par Grégoire Callies alors directeur du CDN.

BABETTE GATT
Production et diffusion
BABETTE GATT

Partager l’amoureux penchant pour des spectacles qui feront la douceur d’une soirée, inspirer un Monde aux multiples élégances, parier sur ce qui peut emballer ou émouvoir ou bousculer ou simplement se laisser aller dans un présent offert et délié.
Alors pour tout dire, « donner envie », voilà une idée qui peut colorier toute une vie !
Et puis, bien sur, la douceur dans le regard et la voix au delà des nuages.

CHRIS CARIDI
Créateur lumière, régisseur, comédien
CHRIS CARIDI

Cyclope à la lumière bleuté, c’est le seul nyctalope non interlope de la Cie qui surgit de la nuit et voit de loin tout ce qui peut arriver. C’est aussi le seul, comme un soleil chaleureux et rieur, qui vient avant tout le monde et part bien après tout le monde. « Régisseur » ce n’est pas rien, c’est même un peu tout et surtout. Et puis finalement il y a dans cette prévenance une grandeur, celle de se mettre le hasard en poche pour mieux improviser la sérénité des soirées extraordinaires.

MAXIME SCHERRER
Régie générale
MAXIME SCHERRER

Après des études en Licence d’Arts du spectacle à l’Université de Strasbourg, Maxime se forme au métier de Régisseur Lumière, en suivant la formation BTS au CFA du spectacle vivant et de l’audiovisuel à Bagnolet. Il travaille pour de nombreuses structures notamment la Filature Scène Nationale de Mulhouse. Il est également régisseur lumière sur les créations création d’Héla Fattoumi et Éric Lamoureux. Dès 2016, Maxime collabore avec la Soupe Compagnie, dans un premier temps il prend essentiellement en charge les projets de tournées internationales. A partir de 2017, il participe à différentes créations. En 2021, il assure le relai de Chris Caridi à la régie générale de la compagnie.

PIERRE BOESPFLUG
Musicien, compositeur
PIERRE BOESPFLUG

Pierre et ses résonances, grands echos d’un piano tout habité.
Il est des mélodies aux soins de diamantaire comme il est des sons qui sont fait pour durer.
L’art et la manière c’est peut être ce qui crée la complicité des musiques de solitaire.
Voir soudain surgir ce qui à été préparé et se laisser bercer par les aventures proposées.
Et il y a de la gourmandise dans l’écoute de ses secrètes préparations, dans ses alchimies à la chimie si fine, dentelles fabuleuses et enlevés d’un temps qui passe.

ANTOINE ARLOT
Musicien, compositeur
ANTOINE ARLOT

Parti de rien, arrivé à Rien, mais en sons et en musique.
Musicien donc pour choisir joyeusement de flirter avec les immenses possibilités des émotions acoustiques, et les jolies fées Electricité.
Pour le reste, l’autre Rien aux parfums d’été, juste à côté des acousmatiques de loustic, c’est le plaisir des natures sonore d’un saxophone qui pari sur l’éphémère étincelle des affinités.

FAUSTINE LANCEL
Comédienne, marionnettiste
FAUSTINE LANCEL

Faustine Lancel est comédienne et marionnettiste, diplômée de l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette (ESNAM 10ème promotion 2014-2017).
Interprète pour plusieurs compagnies, elle intervient également en tant qu’assistante à la mise en scène et regard extérieur sur des projets de théâtre qui utilisent la marionnette et le théâtre d’images.
En 2021, avec le metteur en scène Johanny Bert et le musicien Thomas Quinard, elle crée la performance Làoùtesyeuxseposent, commande du Festival d’Avignon et de la SACD dans le cadre du programme Vive le Sujet.
Depuis 2020, elle intervient au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier pour les élèves en cycle professionnel, et développe des ateliers d’initiation à la manipulation ainsi que des stages avec des auteur.rices mêlant écriture et animation de marionnettes.
Depuis 2018, elle est interprète pour La Soupe Compagnie (Je hurle, Et puis, Romance) et la compagnie Arnica (L’agneau a menti, Notre Vallée).
Regard complice du duo d’artistes Kristina Dementeva et Pierre Dupont, elle accompagne les créations La forêt ça n’existe pas et De plus en plus de rien, petites formes marionnettiques tout terrain.
Au sein de l’ESAT – fabrique artistique La Bulle Bleue de Montpellier, elle assiste Marie Lamachère de la compagnie Interstices à la création de Betty Devenue Boop ou les Anordinaires, conte animalier à l’usage des humains et à destination du jeune public.
Faustine est titulaire du DNSP comédienne-marionnettiste et d’une licence en Arts du Spectacle de l’université Paul Valéry, Montpellier.

SOPHIE LANGEVIN
Réalisatrice, metteur en scène
SOPHIE LANGEVIN

Sophie Langevin met en scène pour la première fois en 2007 au Théâtre des Capucins de Luxembourg. Très vite elle est appelée à collaborer, au titre de metteur en scène, avec l‘Espace Blanc dans l’Essonne, au théâtre du Centaure à Luxembourg ou elle est invitée très régulièrement et dont sa mise en scène de La nuit juste avant les forêts, primée, participera au festival d’Avignon 2011. Invitée régulièrement par le théâtre d’Esch, le Théâtre de la Ville de Luxembourg ou le Théâtre National du Luxembourg, Sophie Langevin est aujourd’hui une des artistes et metteurs en scène importantes du paysage culturel Luxembourgeois.
En 2015 pour le pavillon Luxembourgeois à la Biennale d’Architecture de Venise elle réalise 5 court métrages en compagnie de Stéphanie Laruade et Bohumil Kostohryz tous 3 nommés curateurs
Pour le cinéma et en collaboration avec Jako Raybaut, elle réalise trois courts métrages et des portraits d’artistes plusieurs fois primés dans des festivals. Comédienne de théâtre, elle a interprété de nombreux rôles en France et au Luxembourg sous la direction de metteur en scène du paysage national et international.
Sophie Langevin a collaboré avec Eric domenicone et la SoupeCie pour La femme poisson en 2004. Ils se retrouveront pour la création Je hurle mais tu ne réponds pas en 2018.

MAGALI MOUGEL
Auteure, dramaturge
MAGALI MOUGEL

Auteure formée à l’ENSATT à Lyon, elle s’empare du quotidien qu’elle interroge par le prisme de fictions dramatiques. Elle se prête régulièrement à l’exercice de la commande et collabore avec différentes structures, compagnies ou théâtres (Le Préau – CDR de Vire, Théâtre Jean Vilar – Montpellier, La Manufacture – CDN de Nancy, Le Fracas CDN de Montluçon CDN de Sartrouville – Odyssées en Yvelines).
En 2015-2016, sont créés Erwin Motor, Dévotion par Delphine Crubézy (Cie Actémobazar – La Filature/Scène nationale), Je ne veux plus par Olivier Letellier (Théâtre du Phare-Théâtre National de Chaillot), Guerillères ordinaires par Anne Bisang (Le Poche – Genève), Elle pas Princesse, Lui pas Héros par Johanny Bert (Odyssées en Yvelines). Ses textes sont publiés aux Éditions ESPACES 34 et aux Éditions Actes Sud- Heyoka jeunesse.
En 2016-2017 , elle écrit pour Maxime Contrepois (Compagnie Le Beau Danger) un texte inédit intitulé Anticorps présenté dans une première forme à Théâtre Ouvert (novembre 2016), elle co-écrit avec Sylvain Levey et Catherine Verlaguet le spectacle d’Olivier Letellier (Théâtre du Phare), La Nuit où le jour s’est levé, créée au Théâtre de Abbesses (novembre 2016), Elle est dramaturge pour la mise en scène d’Hélène Soulié (Cie Exit) de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce de Lola Lafon créé au CDN de Montpellier (février 2017).

NAJIBA SHARIF
Ancienne secrétaire d’état à La Condition féminine en Afghanistan. Ex-députée
NAJIBA SHARIF

Le parcours de Najiba SHARIF raconte le combat d’une vie contre l’obscurantisme et la violence à l’égard des femmes en Afghanistan. Cette militante a vécu la terreur du régime des talibans, la mort de leur principal opposant,
Le commandant Massoud, la chute des intégristes religieux et l’arrivée au pouvoir du président Karzaï.
Toute une période où elle est en première ligne par son engagement en faveur des droits des femmes. Journaliste, elle fait ses débuts à la télévision nationale afghane en 1982. Après le départ des talibans, elle devient rédactrice en chef du magazine Roz (Le jour). Le magazine Elle lui apporte son soutien. Mais la politique la rattrape. En 2004, elle est nommée par le président Karzaï au poste de Secrétaire d’Etat à la condition féminine. Sans véritable pouvoir et surtout dans l’incapacité de s’exprimer librement. Elle quitte le gouvernement puis est élue députée de la province de Kaboul. Son activisme met alors sa vie en péril. Elle rejoint la Suède puis la France avec Mulhouse pour point de chute en 2011 sous le statut de réfugiée politique. Sa famille, son cercle d’amis ont adouci sa vie mais sa volonté de défendre les femmes reste intacte. Malgré l’éloignement, Najiba continue de militer pour les droits des femmes et des minorités dans son pays d’origine.

JEROME FOHRER
Composition, contrebasse
JEROME FOHRER

Après de solides études en Jazz et musiques classiques au conservatoire de Strasbourg, Jérôme Fohrer affine son style en tant qu’improvisateur en formation jazz trio avec Erwin Siffer ou Samuel Collard et fait ses armes dans des orchestres classiques (Volutes, Collegium Cantorum).
Il compose et écrit pour ses propres formations ou pour des formations amies : la Poche à sons, Yarsunt, Chris Jarrett’s Four Free, Laisse venir (hommage à A. Bashung)…
Avec ces groupes il se produit en France et en Europe. Toujours en recherche de nouveaux univers, il collabore avec les musiques du monde comme bassiste avec les groupes l’Hijâz-Car et L’Elektric Gem de l’oudiste Gregory Dargent.
Sa collaboration avec Luc Amoros pour le spectacle Page Blanche lui permet de voyager à travers le monde et d’approcher d’autres compagnies internationales avec lesquelles il collabore depuis régulièrement. Dans Mundus Solo qu’il crée en 2014 il cherche et noue en solo les connexions entre les musiques traditionnelles et les musiques actuelles.
On le croise dans des projets aussi variés stylistiquement que le théâtre et la musique de scène, les ciné-concerts, la danse et les lectures, les formations classiques ou rock. Jérôme Fohrer est un curieux, un découvreur chaque création est pour lui une possibilité d’étendre les champs du possible de ses instruments

JOSEPHINE HAZARD
Comédienne
JOSEPHINE HAZARD

Les études en prépa littéraire à Lille, furent la première occasion pour Joséphine Hazard d’être mise en scène avec C’est ici que je suis et voilà mon corps, un montage de textes de Sarah Kane, sous la direction d’Amélie Chalmey.

Au cours de ses années universitaires en master d’Etudes théâtrales à Paris 3, Joséphine se forme au Studio Muller à Paris, avant d’intégrer le COP du Conservatoire de Strasbourg.

A sa sortie en 2017, elle joue au sein de la compagnie La Mesnie H, avec Jacques Bachelier et Emma Massaux. Elle se frotte aux textes de Molière (joue l’ingénue dans Le Malade imaginaire, la raisonnable amoureuse dans Le Misanthrope, la fille rebelle dans L’Avare) et de Georges Tabori où elle devient tour à tour narratrice, mère, fille et officier nazi dans Un jour d’été.

En 2019, elle découvre l’écriture de Denis Kelly en assistant le metteur en scène Olivier Chapelet et en jouant pour ADN (Acide désoxyribonucléique), avec les élèves du conservatoire de Strasbourg. Elle dirige en 2020 la lecture de Habitam Eternam de Caroline Leurquin, au sein du festival « Les Actuelles » qui promeut les textes contemporains.

A l’écran, elle s’embarque dans les «Galères Viking», une web-série réalisée par Pierre Loechleiter, et fait des apparitions, de l’infirmière à la SDF dans des téléfilms réalisés par Sylvie Ayme et Arnaud Mercadier.

De temps en temps, elle prête sa voix à de parfaits inconnus qui apparaissent dans de beaux reportages sur Arte…

De retour à Paris, elle s’attelle à l’écriture de sa première pièce avec Robin Egloffe : Le Misanthrope à l’Elysée, ils fondent ensemble la Compagnie du MIRACLE, afin de donner naissance à cette pièce en cours de création.

Son travail d’interprète est ponctué d’ateliers avec divers publics : des collégiens qui découvrent le conservatoire, des lycéens débauchés pour remettre le prix Bernard-Marie Koltès à un auteur contemporain, des étudiantes en soins infirmiers qui rencontrent des femmes ayant subi des violences conjugales, des élèves d’un lycée professionnel… Animée d’un désir de transmettre et de donner une place au besoin d’expression de chacun, ces ateliers font partie prenante de son travail.

VINCENT FROSSARD
Constructeur décor
VINCENT FROSSARD

Constructeur de décor, régisseur plateau ou lumière, régisseur général, peu importe la fonction qu’il occupe pourvu qu’il participe à une aventure collective de création.

Accompagner les artistes dans l’accomplissement de leurs projets est son moteur et cette place dans l’ombre lui convient bien.

Après des études en arts du spectacle à Lyon, il intègre la compagnie Luc Amoros, continue son apprentissage avec une formation de machiniste à l’ISTS d’Avignon et depuis 20 ans il alterne entre tournées rurales et internationales.

ANTONIN BOUVRET
Scénographe
ANTONIN BOUVRET

Scénographie, objets, vidéo
Diplômé Scénographie TNS

Suite à l’obtention à l’école des Beaux-Arts de Mulhouse du Diplôme National d’Arts Plastiques, Antonin Bouvret intègre l’école du Théâtre Nationale de Strasbourg et suivra les 3 années de formation à la scénographie dont il sortira en 2002.
Depuis, Antonin Bouvret travaille pour différents metteurs en scènes et compagnies à travers la France. Son approche de la scénographie se dirige plus vers la gestion d’espaces et de fluidité que vers des décors illustratifs. Pouvant mêler marionnettes, vidéos, espaces fonctionnels, il puise dans cette large palette afin de répondre au mieux aux exigences d’un projet. Il a travaillé avec différents metteurs en scènes tels que Laurent Hatat, Christian Sciaretti, Sylvain Maurice, Nicolas Ducron, Martial Di Fonzo Bo, Matthew Jocelyn. En région, Il travaille également en compagnies aussi bien en scénographie, en vidéo, en costumes ou en fabrication d’accessoires ou de marionnettes. (Le Talon rouge, Le Téatrino, La lunette Théâtre, Unique et compagnie, Le Théâtre du Pilier.)
Antonin Bouvret s’est aussi essayé aux décors de cinéma pour des court-métrages et continu d’approfondir l’utilisation des techniques d’animation vidéo. Il a réalisé plusieurs clips mêlant différentes techniques de prise de vue.

KATHLEEN FORTIN
Comédienne, marionnettiste
KATHLEEN FORTIN

Il y a parmi nos arbres un érable, au gout sucré et à l’élégance admirable, une jolie pousse pleine d’élans et d’altitudes, une personnalité, un K finalement aux grands espaces intimes et à la magie fine.
Quelle est donc cette broderie de fer ou de bois qui naît de ces fabrications, et d’où vient donc ce regard qui fait s’élever si aisément les idées et les passions.
Peut être d’un mystère qui doit rester secret mais dont on aimerait encore continuer à se délecter.
« Inventrice » donne au personnage la saveur des sirops d’enfance et d’été.

MARINE DROUARD
Plasticienne, vidéaste, webmastrice
MARINE DROUARD
ANNE-SOPHIE DIET
Comédienne, marionnettiste
ANNE-SOPHIE DIET
CHRISTINE KOLMER
Marionnettiste, plasticienne
CHRISTINE KOLMER
CELINE BERNHARD
Marionnettiste
CELINE BERNHARD
ALICE BLOT
Marionnettiste, artiste plasticienne, auteure
MICK WOOD
Poète, dramaturge
MICK WOOD

“I’m a theatre practitioner and poet with more than thirty years experience of working in experimental and community theatre, as director, performer and writer. What I love more than anything is collaborating with other artists, especially in disciplines that are unfamiliar to me, and creating new, hybrid forms of performance. I am currently the artistic director of Anglo-French production company Théâtre Volière. I am a winner of the UK’s Ledbury Poetry Competition and have been runner up in the Strokestown, Poetry London, Essex Poetry Festival, Live Canon and Iota competitions.
My work has appeared in many publications, including Poetry Ireland Review, Poetry London, Ambit, Acumen, Magma, The Interpreter’s House and Poetry Salzburg Review. I have translated Albert Giraud’s Pierrot Lunaire for Théâtre Volière and La Soupe’s collaboration Evocation, and the work of C. P. Cavafy for Alex Roth and Savina Yannatou’s song cycle and performance Ionic. My work features in the Hwaet anthology from Bloodaxe books and, in collaboration with George Szirtes, Dominic Bury, and Katie Hale, in the Marchland collection Customs and Duty.”

LORY LAURAC
Danseur
LORY LAURAC

« Après un parcours de danseur hip-hop, je m’intéresse aux danses académiques comme le contemporain et le classique.
Cette démarche me permet de fusionner des techniques et des énergies des danses urbaines et académiques. »
À la suite d’une formation pluridisciplinaire à Pôle Sud, Centre de Développement Chorégraphique de Strasbourg, il est vite repéré dans le milieu professionnel des danses urbaines et contemporaines. Danseur pour de nombreuses compagnies, ses pas le mènent un peu partout en France mais également à l’étranger (Brésil, Côte d’Ivoire, Belgique…). On a pu le voir dans les pièces de la Compagnie Mira, ou dernièrement dans la pièce chorégraphique Collapse de la compagnie Abis Julien Carlier.

VALENTIN ARNOUX
Marionnettiste

Valentin Arnoux, comédien-marionnettiste est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville Mézière en 2019.
A sa sortie de la prestigieuse école de marionnettes, il travaille auprès de la compagnie de danse DCA-Philippe Découlé, pour la création du spectacle rétrospectif Tout doit disparaître, au Théâtre National de Chaillot à Paris. Il enchaîne les créations, on le remarque notamment comme marionnettiste à l’Opéra-Comique de Paris dans Titon et l’Aurore mis en scène par l’américain Basil Twist (création 2021).
Artiste fidèle à ses engagements il joué dans plusieurs créations du Théâtre des Tarabates dont Histoires en Libertés en 2020 et 3 en 2021, deux spectacles toujours en tournée.

VITALIA SAMUILOVA
Graveuse, artiste plasticienne

« À Vilnius, mes études de scénographie m‘ont menée au théâtre visuel et de marionnettes. J‘ai poursuivi mes études de la marionnette. J‘y ai également commencé à jouer sur scène. Parallèlement à mes études, j‘ai réalisé plusieurs scénographies, costumes et marionnettes pour des troupes indépendantes et pour les théâtres de Lituanie, Pologne, Finlande et Portugal. C’est en déménageant à Bruxelles en 2016 que la pratique du dessin et de la gravure a pris une grande importance pour moi.»
Diplômée en Scénographie de l’Academie des Beaux Arts de Vilnius (Lituanie) et de l’Academie de Turku (Finlande) pour la marionnette. Vitalia travaille comme scénographe constructrice pour de nombreuses compagnies. En France elle a dernièrement travaillé pour l’ESNAM, le CDN de la Réunion, pour la SoupeCie et la compagnie Plexus Polaire.

DIMITRI OUKAL
Régie son
MILENA SCHWARTZ
Coordinatrice des relations internationales
MILENA SCHWARTZ

Nourrie d’une licence en Administration et Gestion des Entreprises Culturelles à Mulhouse, elle s’engage auprès du développement des publics (actions pédagogiques, relations publiques, communication, billetterie) du Théâtre du Peuple Maurice Pottecher à Bussang. Elle porte le projet d’un théâtre populaire et exigeant de Pierre Guillois à bras le corps, et c’est bien ce qui la caractérise.
C’est à l’Université de Lyon II en 2010, qu’elle réinterroge son métier en suivant le Master Développement Culturel et Direction de Projets, ce qui la porte à concevoir et accompagner des projets d’action culturelle en tant que secrétaire générale au TGP de Frouard. Après cette expérience en Scène conventionnée pour les arts de la marionnette et les formes animées dirigée par Philippe Sidre, elle s’engage à nouveau au plus près des artistes.

X